Cadre légal

Les missions de l’AMO s’inscrivent dans le cadre de l’application du décret du 4 mars 1991 relatif à l’Aide à la Jeunesse.

Les services d’Aide en Milieu Ouvert (AMO) s’inscrivent dans le champ de l’aide spécialisée, complémentaire et supplétive telle que définie dans le décret.

Un arrêté définit les conditions particulières d’agrément et d’octroi des subventions pour les services d’Aide en Milieu Ouvert.

Les services AMO sont des acteurs de prévention qui s’inscrivent dans une dynamique d’aide sociale et éducative privilégiant l’accompagnement du jeune, de sa famille à travers une démarche émancipatrice et citoyenne. Favoriser l’épanouissement du jeune dans son environnement social et familial afin de prévenir toute dégradation ou rupture avec cet environnement, tel est l’objectif des AMO.

La spécificité des services AMO est de travailler en dehors de tout mandat, ce qui implique un travail basé sur une relation de confiance avec le jeune, dans laquelle la confidentialité est fondamentale.

Les services AMO ont pour mission d’aller régulièrement à la rencontre des jeunes dans leurs milieux de vie par un travail de prise de contact et de présence adaptée à leur environnement.

L’aide spécialisée se compose de : l’aide individuelle et l’action communautaire.

L’aide individuelle comprend prioritairement :

  • un travail d’écoute ;
  • une orientation ;
  • un accompagnement ;
  • un travail de conciliation visant la restauration du lien avec la famille et son environnement ;
  • un soutien à la famille et aux familiers du jeune dans l’exercice de leurs compétences parentales et éducatives ;
  • une intervention socio – éducative.

Elle exclut toute prise en charge de type psychothérapeutique.

L’action communautaire vise, en améliorant l’environnement social des jeunes, à apporter une réponse globale à des problèmes individuels et collectifs et à développer une dynamique de réseau.

Elle repose nécessairement sur un diagnostic social de la zone d’action du service, réalisé sur base d’une grille définie par le Ministre ayant l’Aide à la Jeunesse dans ses attributions.

L’action communautaire repose également sur un travail de concertation, notamment avec les services concernés par la jeunesse et en particulier le secteur de l’enseignement. Ce travail peut déboucher sur un partenariat ou une collaboration dans le respect des rôles spécifiques aux différents acteurs et du code de déontologie.